PRIME DE 200 EUROS AUX JOBS ÉTUDIANTS : LA DROITE VANTE LE MÉRITE, MAIS N’OFFRE QUE LA PRÉCARITÉ

La majorité régionale souhaite octroyer une prime de 200 euros aux étudiants cumulant travail et études. Les élus du Printemps des Pays de la Loire dénoncent une décision indigne et pas au niveau des enjeux. 

Les 12 élus du Printemps des Pays de la Loire détaillent : “fatigue, stress, perte de chances : on sait que le temps passé à financer les études nuit à la réussite des étudiants. Avec cette prime, la droite ne récompense pas, elle encourage un terrible modèle de société. Elle condamne les jeunes aux petits boulots et au travail précaire. Il faut revenir à la raison : un étudiant doit d’abord pouvoir se concentrer sur ses études”.

Mahaut Bertu et Christine Tafforeau-Hardy, conseillères régionales du Printemps en charge des questions d’emploi et de jeunesse, ajoutent que “pour répondre à ces deux enjeux, nous formulons une proposition claire à la majorité régionale. Instaurer la gratuité des transports régionaux pour les 18-26 ans permettrait aux étudiants d’aller étudier sans coût de transport et aux jeunes salariés d’être plus mobiles pour trouver plus facilement du travail. Tout doit être fait pour offrir à chaque étudiant, quelle que soit son origine sociale, les mêmes chances de réussite. La création à l’échelle nationale d’un minimum jeunesse et une réforme du système des bourses devraient y contribuer”.

 

Guillaume Garot, président du groupe, conclut : ”c’est une réponse indigne qui n’est pas à la hauteur. Les deux défis de la pénurie de main-d’œuvre et de la précarité étudiante sont trop importants pour être traités avec autant de faiblesse et un tel mépris”. 

Les actus de la campagne

Aller au contenu principal