INSTALLATION ET FONCTIONNEMENT DU CONSEIL RÉGIONAL : LA DÉMOCRATIE AU RABAIS

Lors de la session du vendredi 23 juillet, seconde session d’installation du Conseil régional après les élections de juin, la majorité de Christelle Morançais a fait voter plusieurs modifications significatives du règlement intérieur qui organise les débats entre les groupes majoritaires et les oppositions dans notre assemblée. Ce faisant, elle franchit plusieurs lignes jaunes, dégrade le débat démocratique au Conseil régional et réduit la capacité d’expression des oppositions. 

Parmi les nombreux changements apportés au règlement intérieur de notre collectivité, Guillaume Garot, Président du groupe Le Printemps des Pays de la Loire, a dénoncé, lors de son intervention en séance plénière, la réduction drastique du temps de parole globalement dédié aux sessions du Conseil régional, mais également la répartition très inégalitaire de ces temps de parole entre les groupes d’opposition, qui ne semble suivre aucune logique mathématique. Clairement, ce sont les oppositions qui sont dans le viseur.

Notre groupe déplore également la diminution du délai de transmission des rapports des sessions aux élu.e.s, qui auront moins de temps pour travailler à la préparation des sessions. Les conditions de travail des élus, de l’opposition comme de la majorité, s’en verront ainsi dégradées et la qualité des débats et des décisions en sera forcément affectée. 

Les belles paroles de la Présidente, lors de la précédente session, sur le « partage » et l’ « ouverture » de la gouvernance n’auront pas passé l’été. À l’image de la fin de non-recevoir à la proposition de Guillaume Garot de confier la présidence de la Commission des finances à un membre de l’opposition, comme cela se pratique en Nouvelle-Aquitaine, Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val-de-Loire, et même en Île-de-France…

Au lendemain de l’élection régionale qui a reconduit Mme Morançais à la tête de la Région Pays de la Loire, notre groupe avait insisté sur la nécessité de renouer le dialogue avec les citoyennes et citoyens, et avec l’ensemble des acteurs de la vie régionale, afin de retrouver la nécessaire confiance entre les électeurs et leurs élus, sans laquelle une démocratie ne peut pas fonctionner. Cette seconde séance d’installation nous prouve, hélas, que ce mandat n’en prend pas le chemin ; notre groupe, par la voix de Guillaume Garot, a donc proposé que soient créés de nouveaux outils de participation citoyenne à l’occasion de la prochaine session du Conseil régional, en octobre. Nous entamerons dès la rentrée un travail en ce sens, et invitons l’ensemble des élus régionaux à y prendre part.

Les actus de la campagne

Aller au contenu principal