GUILLAUME GAROT REND HOMMAGE À JACQUES AUXIETTE

Merci Madame la présidente,

Jacques Auxiette fut un grand Président de notre Région des Pays de la Loire, le Président de tous les Ligeriens, comme il avait été auparavant le maire très apprécié de sa ville de la Roche-sur-Yon. 

Je veux d’abord dire nos pensées pleines d’amitié et d’affection à sa famille, à ses proches et à tous ses amis. 

Jacques Auxiette était d’abord un militant. Enseignant puis proviseur, très attaché à la laïcité, républicain convaincu, il était un infatigable combattant pour l’éducation qu’il vivait comme une émancipation, dans le sillage d’un Victor Hugo, pour qui ouvrir la porte d’une ecole, c’etait fermer une prison. Combat plus rude dans certaines terres que d’autres, mais Jacques n’était jamais sectaire, porté par la force de convictions,  qui ont fait de lui un élu tenace autant que respecté.

Jacques Auxiette savait que ses convictions n’étaient rien sans l’action. C’était justement un entrepreneur de l’action publique : Gratuité des manuels scolaires, construction d’un lycée public dans les Mauges, bataille pour le maintien des lignes ferroviaires, bataille pour la reconnaissance du préjudice écologique de l’Erika… Il avait ainsi fait rentrer la Region dans le quotidien des habitants. Il avait porté haut l’action publique de notre collectivité.  Chaque agent régional qui nous écoute en ce moment se souvient d’un moment avec Jacques Auxiette, d’un projet mené sous ses 2 mandatures, et de l’engagement qu’il mettait dans chacun de ces projets. Cet héritage restera.

Jacques Auxiette était un amoureux des Pays de la Loire. Il avait à cœur de construire une région active, au service des habitants, ouverte aux autres, au monde, aux idées nouvelles. Il était dans l’action, mobilisé pour anticiper les transformations mais aussi réagir aux crises et aux événements. 

Il fallait voir Jacques Auxiette vous expliquer la Région.

Passionné donc passionnant. Il vous racontait les compétences régionales, la décentralisation, la construction des Pays de la Loire, Olivier Guichard, avec une telle énergie que les heures paraissaient des minutes. A vrai dire, rien n’était trop complexe, rien n’était trop lointain. Il vous transformait le moindre sujet technique en un sujet du quotidien et la politique en art de faire. 

Le quotidien, la vie des gens : c’était sa façon d’être et le principe de son engagement. Il suffisait de partager quelques minutes avec lui pour comprendre ce qu’est l’humanité et la proximité en politique. Il fallait voir ses accolades, ses regards complices, la chaleur et l’énergie de sa présence et de ses interventions.

Il avait d’ailleurs cette phrase, qui résume sa simplicité et son dévouement, et qu’il aimait à redire quand il se tournait pour regarder ses années d’élu  : « nous n’avons pas été tout à fait inutiles ». 

 Je crois ne pas me tromper en associant à ce temps d’hommage toutes celles et ceux qui ont pu travailler à ses côtés. Élus de sa majorité, collaborateurs de son cabinet, agents, élus de l’opposition régionale de l’époque et élus locaux de toutes sensibilités : nous sommes nombreux à être fiers du travail réalisé avec lui, dans tous nos territoires, et à le remercier pour ce qu’il l’a fait et ce qu’il à été. 

Non Jacques, ton travail « n’aura pas été tout à fait inutile ». Oui, Jacques, tu auras au contraire incarné ce que nous sommes collectivement en Pays de la Loire, notre Region que tu as su si bien mettre en mouvement et faire rayonner. 

Toi, l’enseignant de formation, tu nous aura transmis à nous, élus des générations suivantes, des valeurs aussi nécessaires que l’humilité, la simplicité, la fidélité. Des valeurs dont chacun comprend l’importance aujourd’hui, pour donner du sens à la politique et du respect pour une certaine façon d’en faire. 

 Nous perdons un fidèle ami, la politique perd un humble combattant, les Pays de la Loire perdent un serviteur passionné. Merci, Mme la Présidente, de l’hommage qui lui est ici rendu. Que la terre lui soit légère et que nos Pays de la Loire profitent  encore longtemps de l’héritage de Jacques Auxiette.

Lire la vidéo

Les actus de la campagne

Aller au contenu principal